Jai Jagat Ecoles : suspendre … pour reprendre de plus belle !

Jai Jagat. Victoire d’un monde pour tous. Nous vous avons déjà longuement parlé de cette caravane indienne en route pour Genève. 50 personnes pour 10 000 kms et un message d’urgence et d’espérance à porter aux Nations.

Le 17 mars, la Marche Jai Jagat a été suspendue temporairement en raison de la pandémie du Coronavirus. Les marcheurs se trouvaient en Arménie quand ils ont du prendre la décision de mettre la marche en pause tout en continuant leur engagement car « il y a encore tant à faire ».

Initialement fixé au 27 mars, le projet Ecoles s’est peut-être arrêté mais le chemin continue et certains chuchotent même qu’il reprendra de plus belle en septembre… 

Voici le message disponible sur .JaiJagat.be

Suite aux évènements liés à la pandémie de Coronavirus et au confinement mis en place dans de plus en plus de pays, la marche Jai Jagat a été obligée d’être suspendue, au moins temporairement. C’est ainsi que vous trouverez ci-dessous le message envoyé il y a quelques heures depuis l’Arménie par Rajagopal et Jill, initiateurs de la campagne, aux principaux acteurs de Jai Jagat à travers le monde.

Nous restons toutes et tous mobilisés, prêts à se remettre en marche dès que cela sera possible, les principaux messages de Gandhi et de la campagne Jai Jagat n’ayant sans doute jamais eu autant d’acuité qu’aujourd’hui : résilience, bienveillance et non-violence.

Jai Jagat !

17 mars 2020,

« Cher.e.s ami.e.s,

C’est avec le cœur lourd que nous annonçons la suspension temporaire de la marche Jai Jagat. Nous espérons que ce report nous donnera la possibilité de nous réunir et de relancer la marche dès que la situation du COVID 19 s’améliorera et sera sous contrôle. Nous encourageons toutes les personnes directement impliquées dans la campagne à poursuivre leur travail et à garder le moral. Il est prévu de poursuivre la marche de façon virtuelle et, si possible, de créer davantage de messages vidéo et de formations sur Gandhi et la non-violence, afin d’inciter les gens à en profiter pour réfléchir à des modes de vie alternatifs lorsqu’ils sont chez eux ou en confinement.

Juste pour vous informer du déroulement des événements, nous sommes arrivés à Erevan il y a moins d’une semaine, après une marche de 400 kilomètres sur un mois. Ce fut une expérience exaltante et nous avons pu entrevoir l’incroyable hospitalité du peuple arménien dans le processus de diffusion du message de paix et de Gandhi. Le peuple arménien a tellement souffert de conflits et de guerres au cours de l’histoire qu’il n’est pas étonnant qu’il ait visiblement répondu à ce message de paix. Cette expérience a eu un écho profond chez les marcheurs indiens et internationaux et leur a donné plus de force pour continuer à construire la paix dans leur vie future, ce alors qu’ils quittent actuellement la marche en Arménie.

La marche arménienne a fait suite à une excellente marche de quatre mois en Inde qui nous a également rapprochés des gens et de leur désir de paix ainsi que de leur engagement envers les valeurs du Mahatma Gandhi et de Kasturbai. Tout le travail d’Ekta Parishad a fait de ce voyage en Inde une expérience extraordinaire et nous devons ainsi nous appuyer sur celle-ci pour nous aider à faire face à la violence dans la société à de nombreux niveaux.

Les autres marches qui se sont déroulées au Népal, au Pakistan, aux Emirats Arabes Unis, dans les Balkans et surtout en Iran, ont permis d’y apporter le puissant message de paix et de non-violence de Gandhi. Nous sommes désormais prêts à entreprendre un travail de suivi considérable avec tous les réseaux qui ont été créés durant cette campagne, y compris à Genève, en Europe et aux États-Unis, travail qui nous a donné une orientation claire pour envisager pour le futur une éducation favorable à la paix, une économie et une gouvernance non violentes. 

Pour en revenir à la question de la suspension de la campagne, il nous a été très difficile d’arrêter cette action après sept ans de planification. Sur les conseils du gouvernement arménien, nous avons renvoyé trente-cinq marcheurs chez eux et nous avons reçu la confirmation des marcheurs indiens qu’ils étaient bien rentrés chez eux. Ceux qui se rendent dans les régions périphériques du Kenya et de l’Australie, du Mexique et de l’Argentine sont actuellement en vol ou sur le point de l’être. Les Européens qui restent rentreront chez eux dans les prochains jours. Un petit groupe de trois personnes attendra en Arménie. Une fois que nous serons assurés que tout le monde est en sécurité et que les formalités administratives sont réglées, nous retournerons également en Inde.

Les marcheurs de Jai Jagat veulent insister sur le fait que, bien que nous soyons confrontés à une pandémie mondiale et que nous devions rester très prudents, il faut se saisir de cette crise pour faire pression en faveur d’un profond changement dans l’approche du développement et de l’économie actuels. Ne nous laissons pas prendre par la panique au point d’obscurcir la vision de Jai Jagat. Il y a encore tant à faire.

Nous sommes impatients de vous entendre toutes et tous.

Avec nos salutations chaleureuses,

Jill et Rajagopal« 

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FJaijagat2020be%2Fposts%2F1529425373903287&width=500″ width= »500″ height= »825″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true » allow= »encrypted-media »>

Marche Jai Jagat 2020 – mars – en images !

https://pastosecondairebxbw.net/2020/03/23/jai-jagat-2020-mars/

Conférence Jai Jagat écoles

En quoi l’enjeu climatique est une question spirituelle ?

Que peut-on faire pour en relever le défi ?

A ne pas manquer :

dans le cadre de Jai Jagat, Martin Kopp, éco-théologien protestant de Strasbourg, a donné une conférence à l’église St François de LLN. 

La vidéo de la conférence sera bientôt disponible …

Pour tout savoir sur Jai Jagat écoles :

Aussi sur le site de http://www.jaijagat.be/jeunes

Jai Jagat : inscriptions & informations concrètes

Voici quelques informations concrètes pour les écoles qui souhaitent participer à la Marche Jai Jagat du vendredi 27 mars 2020. Il est entendu que les écoles participantes se sont préalablement engagées dans un processus de sensibilisation aux 4 enjeux portés par Jai Jagat:

  • Paix et non-violence
  • Inclusion sociale
  • Réduction des inégalités
  • Reconstruction climatique

La journée du 27 mars se déroulera en 2 temps:

  • Marche en mixité depuis plusieurs gares à proximité de Namur
  • Accueil et forum ouvert au Centre de demandeurs d’asile de Jambes

Pour tout renseignement: Jaijagat.ecole@gmail.com

Voici le Formulaire d’inscription à remplir obligatoirement pour la participation de votre école au projet Jai Jagat : https://docs.google.com/forms/d/1DMB7KlonsQ5fLZTj2vHlrSkkaEkXv3UrzQyG-sz0ylM/edit

Les séances d’informations pour le déroulement du forum ouvert du vendredi 27 mars ont eu lieu le 14/01 à Namur et le 15/01 à Bruxelles.

Y était invités : 
-1 ou 2 élèves délégués par école- les professeurs qui n’ont pas pu être à la réunion d’information à Liège en décembre- des membres de la Croix Rouge- des demandeurs d’asile- des membres d’associations partenaires pour les ateliers

La Cellule forum ouvert : A la suite de la réunion d’information, se constituera par délégation une cellule qui se réunira : – mercredi 5/02 de 13h à 17h (32, rue du gouvernement provisoire – 1000 Bruxelles, Entraide et Fraternité)- mercredi 19/2 de 13h à 17h (lieu à définir)


Merci pour votre précieuse collaboration ! 
Alexandra, Catherine, Joëlle, Odile et Anaïs.

Jai Jagat ? Jamais entendu parler…

Dans une discrétion absolue au point que nombre d’entre nous n’en n’avaient encore jamais entendu parler jusqu’ici, la marche Jai Jagat (« Victoire d’un monde pour tous ») a démarré ce 2 octobre à New Delhi.

Mais de quoi s’agit-il exactement ? D’une grande marche d’un an, qui reliera la ville de Gandhi à celle de l’ONUG, permettant ainsi à des milliers de gens et surtout à ceux qu’on n’entend jamais, de venir parler de visu aux représentants des Nations Unies à Genève. Voilà pour le mobile officiel, le but et l’aboutissement de ce périple un peu fou qui fera traverser 10 000 kms à des Indiens courageux et pleins de foi… Mais le réel motif de cette grande marche des pauvres tient surtout dans la création de liens, ce lien fraternel qui nous manque tellement dans notre mode de vie occidental hyper-globalisé, hyper-connecté, hyper consommateur. En effet, en traversant 17 pays, en logeant chaque soir de fermes en fermes, de villages en villages, de collectifs citoyens en mouvements de transition, c’est de l’espoir et de l’intelligence dont il est question en vérité… Comment construire, là où nous sommes, ce monde nouveau dont nous ressentons l’urgent besoin derrière la clameur des jeunes, le cri des pauvres et de notre maison commune qui reconnaissons-le, prend un peu l’eau ? Voilà bien ce qui a débuté ce 2 octobre dans une ville actuellement recouverte d’un nuage de particules fines, au moment où nous rédigeons cet article.

Mais nous, là-dedans, que pouvons-nous y faire en tant qu’attachés au monde de l’enseignement ou membres d’une pastorale scolaire ? Eh bien, modestement, nous avons notre petite pierre à y mettre. Comme le randonneur qui peut, s’il le veut bien, ramasser et ajouter son humble caillou au monticule balise qu’on appelle en montagnes « un kern ».

L’an passé, deux enseignants sont venus nous interpeller. Ils faisaient partie du mouvement « Jai Jagat-Belgique » et se demandaient comment y intégrer les jeunes des écoles francophones. Car, dans notre petit royaume aussi, à partir de juillet 2020, des hommes et des femmes marcheront au départ de Bruxelles pour rejoindre les Indiens à Genève. Ils logeront de fermes en fermes. Ils retisseront ce lien eux aussi. Et convergeront depuis nos contrées jusqu’à Avioth, point de ralliement d’autres marches européennes vers Genève. Or donc, ces enseignants cherchaient à faire participer les jeunes à cette grande marche, au moment précis où ces derniers allaient descendre dans les rues, en masse, pour exiger une prise de conscience climatique.

C’est ainsi que forts de cet appel, nous nous sommes réunis pour créer « Jai Jagat écoles ». Avec des profs (de Bruxelles, de Visé, de Namur, de Verviers ou de Binche, …) des membres de pastorales de jeunes, des pastorales scolaires ou d’associations comme Entraide et Fraternité. Et tout ce petit monde hétéroclite, enseignant ou pas, croyant ou non, s’est mis d’accord pour organiser une « pré-marche » Jai Jagat, avec pour point d’orgue un grand Forum des Jeunes, au mois de mars 2020, en proposant cette démarche aux jeunes des écoles de différentes provinces. C’était une gageure folle. Nous ne savions pas si ce projet réunirait 50 ou plutôt 500 jeunes. Nous n’avions pas de lieu pour un tel rassemblement, pas de sous, aucune certitude d’aboutissement. Juste l’intuition qu’il était bon de rejoindre ce grand mouvement international de Justice et de Paix et d’ y vivre concrètement les intuitions de Laudato Si dans le sillage des méthodes de Gandhi… 

Il faut croire que l’Esprit Saint et une solide dose de bonne volonté humaine a pris l’affaire à cœur car aujourd’hui, le projet est bien en route. Nous accueillerons le 27 mars prochain plusieurs centaines de jeunes issus d’une quinzaine d’écoles très diverses, pour une marche d’un, deux ou trois jours. Celle-ci se vivra en mixité, avec des migrants et des personnes qui œuvrent aux quotidien dans des associations pour mettre en place les 4 thématiques du mouvement Jai Jagat : Paix et Non-violence. Inclusion sociale. Réduction des inégalités. Reconstruction écologique.

Cette marche des jeunes aura bien sûr été préparée dans les cours et dans les classes depuis le début de l’année scolaire. Elle se clôturera par un grand forum ouvert au Centre de la Croix-Rouge à Jambes, là où précisément résident 300 demandeurs d’asile qui, beau renversement de situation, accueilleront et nourriront une centaine de jeunes, migrants d’un jour. Cet événement, aussi démocratique que festif, aura pour finalité de recueillir en intelligence collective les intuitions et revendications de la jeunesse belge que quelques-uns d’entre eux iront porter ensuite à Genève.

Alors, si vous voulez en savoir plus, joindre vos forces aux nôtres de là où vous êtes, par un soutien financier, logistique ou simplement quelques heures de votre temps au mois de mars 2020, n’hésitez pas à nous contacter. C’est la pierre ajoutée par chacun qui formera ce « kern » afin que la marche des jeunes soit balisée par l’expérience des anciens. Nous leur devons bien cela…  

Départ de la marche !

Ce 2 octobre, une marche mondiale de Justice et de Paix a démarré de New Delhi. Elle traversera 17 pays, en reliant et en encourageant les initiatives locales qui cherchent la Paix, la réduction de la pauvreté, l’inclusion sociale et la reconstruction écologique. Le but : arriver à Genève pour s’y faire l’écho des sans-voix et y réaffirmer devant les Nations Unies l’importance des 17 ODD.

Partout en Europe, des routes s’organisent pour rejoindre cette initiative indienne.La proposition faite aux jeunes par les Pastorales scolaires des différents diocèses francophones et par la Liaison des Pastorales des Jeunes (via les écoles -tous réseaux confondus- via les mouvements de jeunesse et les groupes de jeunes chrétiens) de participer à la grande campagne Jai Jagat 2020 a été pensée dans la suite de l’appel du Pape François à construire une écologie intégrale (Laudato Si). D’abord travaillés sur les bancs de l’école, les thèmes de Jai Jagat seront mis en œuvre dans des marches mixtes qui créeront du lien et convergeront toutes vers Namur, au Centre Croix-Rouge où ce seront des demandeurs d’asile qui accueilleront les jeunes pour leur grand forum… D’où enfin, une délégation de jeunes ira à Genève porter les intuitions de leurs pairs pour construire ce « monde inclusif et non-violent » que recherche la campagne Jai Jagat.